Mairie de Vars
Bandeau inférieur

Détente/Loisirs/Histoire.../Les halles

Les halles


Les halles devenues salle des fêtes

Zoom








La salle des fêtes a donc remplacé les halles d’hier dans ce bâtiment aujour-d’hui âgé de 126 ans.
Notons qu’il n’est pas fait mention de l’ancienne mairie, seulement des anciennes halles ; il apparait donc que la mairie n’était pas implantée sur ces lieux. Une délibération de 1888 stipule que « l’agrandissement de l’école des filles est possible en utilisant l’ancienne salle de la mairie ». A Vars comme ailleurs, école et mairie se situaient donc dans la même construction. Peut-on situer l’école ? Le 2 juin 1834, il est fait mention de « réparations à faire au local de l’hôpital pour établir l’école primaire » ; des recherches sont en cours pour retracer l’histoire des écoles de Vars, cela fera l’objet d’une prochaine fiche. Ce que les documents révèlent aujourd’hui c’est que l’hôpital abritant à l’époque école et mairie, fait partie des bâtiments appartenant à l’évêché et attribués à la commune de Vars par le décret du 10 brum aire an II (31 octobre1789) tout comme le presbytère de l’époque auquel était apposé une halle. Le 14 juin 1789, le découpage administratif du pays avait déterminé les départements, les districts et les communes ; ces dernières étant dirigées par une municipalité. Ce qui apparaît comme un bouleversement n’est pourtant pas une nouveauté, la commune remonte aux Romains (le gouvernement de la cité se nommait Municipe) , cette administration était si bien faite que ni les Wisigoths ni les Francs ne changèrent quoi que ce soit, il faudra attendre la Révolution pour cela. La mairie était très souvent appelée « maison commune » les comptes administratifs des années 1830 reprennent cette terminologie et jusqu'à 1834 la ligne « indemnité au maire pour l’appartement qu’il fournit à défaut de maison commune » est servie, ce qui signifie vraisemblablement que la mairie localisée dans l’école ne l’a été que de 1835 à 1886, année de construction d’ « une halle… ainsi qu’une mairie au premier étage. » Et on peut supposer que de 1789 à 1834 la « maison commune » se situait au domicile du maire, d’ailleurs quelques courriers de citoyens sont adressés effectivement au domicile du maire de l’époque. Pourquoi donc installer la mairie dans le même bâtiment que les halles ?

Zoom« la municipalité
a sans doute
profité de
la nouvelle
construction
pour implanter
la mairie »

Plan des halles

Tout d’abord, comme il est dit dans la délibération de 1888, et sur d’autres documents, l’école des filles n’était, semble-t-il, pas suffisamment bien installée «la salle de classe ne se distingue pas assez du logement de l’instituteur », secondairement la municipalité a sans doute profité de la nouvelle construction pour implanter la mairie « plus au centre du bourg ». L’activité sous les halles était particulièrement importante et depuis longtemps, (déjà en 1544 «on r’habilla la grand’tour de Vars…et le logis le plus rapproché des halles»(1)) le projet de construction stipule de « vastes halles…», «un logement… dont la plus grande partie est comprise sous le vaste escalier», «une vaste salle de mairie avec ses dépendances ». Il fallut donc de l’espace et le conseil municipal décida le 21 janvier 1886 que « ladite halle serait construite en entier sur le terrain communal dépendant des anciennes halles détruites pour cause de vétusté( touchant l’ancien presbytère), ainsi que du terrain acquis du Sieur Camuzet par la commune de Vars en vertu de l’arrêté préfectoral en date du 30 septembre 1867 » La matrice cadastrale des biens appartenant à la commune de Vars situe les anciennes halles (N° 77-79 du plan cadastral) sur l’espace occupé actuellement par le parvis et la partie avant de notre mairie. L’ancien presbytère (N°81 du plan cadastral) détruit, était lui situé sur la partie ouest de l’actuelle place publique. Cette construction entraine de nombreuses modifications des propriétés environnantes. Une partie d’un logis (la commune emprunte 8000frcs pour son acquisition : délibération du 22 janvier 1877) des bâtiments, des jardins, acquis pour le plus grand nombre aux notables de la commune. En effet, par un acte rédigé en l’étude de Maître Amiaud notaire à Vars, Madame Chambaud veuve Camuzet et les enfants Camuzet ont vendu à la commune de Vars une maison d’habitation appelée aussi logis pour établir le nouveau presbytère. Eux même l’ayant acquis du Sieur Chabaribère Chirurgien. Ce plan parcellaire daté du 07 mai 1886 indique ces modifications et sert de référence à la construction des halles et de la mairie dont la première pierre sera posée le 17 octobre 1886 en présence de Mrs Desmoulin, maire, Jeannin, adjoint, Laury, architecte, Chabot et Pécout, entrepreneurs.

(1) Monographies des villes § villages de France - St-Amant de Boixe et ses environs. A.-F.Lièvre